Saint Kilian

Pourquoi fêtons-nous la Saint Kilian le 8 juillet ?

Histoire de Saint Kilian : Missionnaire, évêque et martyr

Evêque itinérant natif d’Irlande, Saint Kilian part évangéliser avec ses onze compagnons les provinces païennes de Franconie et de Thuringe. En 686, il établit à Wurzbourg le siège de sa mission et parvient à convertir à la foi chrétienne le duc Gozbert, seigneur du lieu, et une grande partie de la population locale.

Mais un conflit éclate lorsque Saint Kilian révèle à Gozbert l’irrégularité au regard des Livres sacrés de son mariage avec la veuve de son frère, dénommée Geilane, et obtient de lui la promesse de se séparer de sa femme. Or Geilane n’est pas elle-même  convertie au christianisme. Lorsqu’elle apprend l’admonestation faite par l’évêque, elle est prise de fureur et décide de le faire tuer ainsi que ses compagnons Colman et Totnan. La tradition raconte qu’elle aurait caché ce meurtre à son mari et serait devenue folle.

En 743, saint Buchard, premier évêque de Wurzbourg, transfère les reliques des trois martyrs – dont plusieurs guérisons miraculeuses ont révélé la sépulture secrète- dans l’église Notre-Dame. Leurs crânes, sertis de pierres précieuses, prennent place en 752 dans la toute nouvelle cathédrale du Sauveur.

L’évangile ayant appartenu au saint a été conservé dans le trésor de la cathédrale et se trouve aujourd’hui dans la bibliothèque de l’université. Le jour de la Saint-Saint Kilian, une châsse de verre contenant les trois crânes est promenée dans les rues de Wurzbourg puis exposée à la vénération des fidèles dans la cathédrale.