Saint Stanislas de Szczepanow

Pourquoi fêtons-nous Saint Stanislas de Szczepanow le 11 avril ?

Histoire de Saint Stanislas de Szczepanow (1030 – ?) : évêque polonais et martyr

Fils unique d’une famille noble de campagne polonaise, Stanislas fait ses études à l’école cathédrale de Gniezno (alors capitale de la Pologne). Il voyage en France et en Belgique, avant d’être ordonné à son retour par l’évêque de Cracovie.

A la mort de ce dernier, en 1072, Stanislas est élu pour lui succéder charge qu’il n’accepte que sur l’ordre du pape. En ces temps précoces de la christianisation du pays, il tisse des liens solides avec Rome. A l’occasion du couronnement du duc Boleslas comme roi de Pologne, en 1076, il exige le rétablissement du siège métropolitain de Gniezno. Il encourage également le souverain à créer des monastères bénédictins dans tout le pays.

Le premier conflit entre deux hommes naît d’une banale dispute foncière. L’évêque achète d’un nommé Piotr une terre située sur les bords de la Vistule pour le compte de son diocèse. Mais vendeur meurt sans avoir fourni de quittance, et sa famille, encouragée par Boleslas, attaque Stanislas pour usurpation de biens. Après trois jours de jeûne et de prière, Stanislas se rend sur la tombe de Piotr, la fait ouvrir et rappelle le mort à la vie. Celui-ci obtempère, revêt une tunique et apparaît devant le roi et la cour stupéfaits. Le roi annule les poursuites contre l’évêque. Piotr, à qui l’on demande s’il souhaite rester en vie, répond par la négative, s’en retourne à sa tombe et est enterré de nouveau.

Un croisé de la morale

Un affrontement plus grave oppose Boleslas et Stanislas au terme d’une longue guerre contre la Ruthénie. Des soldats de Boleslas s’étant  trouvés, à leur retour, dépossédés de leur domaine et de leurs épouses par un intendant indélicat, le roi fait châtier les femmes avec une cruauté que Stanislas condamne publiquement. En outre, on lui prête des liens avec des nobles mécontents qui complotent pour renverser le roi. C’est dans ces circonstances, et à la grande satisfaction des opposants, qu’il prononce l’excommunication de Boleslas. Celui-ci réplique en le condamnant à mort pour trahison. Comme les hommes envoyés pour exécuter la sentence n’osent pas se saisir de l’évêque, Boleslas, dit-on, le tue de son épée en pleine messe. Son corps est mis en pièces et jeté dans une dans une mare. Selon la légende, des aigles défendent ses restes dispersés contre les bêtes sauvages, puis le corps démembré retrouve miraculeusement son intégrité. Le roi meurtrier est renversé et contraint de fuir en Hongrie, tandis que naît presque aussitôt un culte fervent autour de sa victime.

En 1245, les reliques de Stanislas prennent place dans la cathédrale du Wawel, à Cracovie. Il est canonisé huit ans plus tard. Dans cette même cathédrale, devenue l’un des principaux sanctuaires du pays, c’est devant la châsse de saint Stanislas  que les rois de Pologne s’agenouilleront désormais pour recevoir leur couronne. La reconstitution du corps du martyr est devenue de symbole d’une Pologne maintes fois démembrée constitution polonaise, rédigée en 1791, a été dédiée à saint Stanislas.

Fête : 11 avril
Etat : Evêque et martyr
Naissance : 1030 à Szczepanow (Pologne)
Mort : à Cracovie
Date de canonisation : 1253
Patronage : Ordre moral, Pologne