Saint Benoit de Nursie

Pourquoi fêtons-nous la Saint Benoit de Nursie le 11 juillet ?

Histoire de Saint Benoit de Nursie : Abbé et fondateur d’ordre

Saint Benoît demeure l’une des figures dominantes du monde chrétien, l’homme qui, plus que tout autre, a su déterminer les règles pratiques permettant de donner aux communautés monastiques l’organisation la plus favorable à la recherche de Dieu. Il est le père du monachisme occidental, et son influence, considérable au Moyen-Âge, est toujours présente aujourd’hui. Sa désignation comme saint patron de l’Europe par le pape Paul VI, en 1964, rend justice à sa place éminente dans l’histoire du continent.

Fondateur de l’ordre des bénédictins

Ni dans ses douze monastères de Subiaco, à l’est de Rome, ni dans la célèbre abbaye du Mont-Cassin, il ne tente de fonder un ordre, au sens donné plus tard à ce terme d’un ensemble de communautés partageant des règles strictes de vie et de prière. Son objectif est plutôt de créer des petits groupes de moines unis par la prière et le désir de vivre en harmonie les uns avec les autres, et obéissant pour y parvenir à ce que l’on nommera plus tard la règle de saint Benoît.

La vie de saint Benoït nous est surtout connue à travers des écrits du pape Grégoire le Grand datant de la fin du VIème siècle. Selon ce récit à l’historicité douteuse, Benoît est le fils d’un aristocrate romain. A partir de l’âge de 20 ans, il mène trois années durant une vie érémitique qui lui attire une grande renommée, puis crée à Subiaco douze monastères de douze moines chacun dont il est l’abbé commun. La tradition fait remonter à 529 la fondation par le saint de l’abbaye du Mont-Cassin. C’est dans ses murs qu’il rédige sa règle. De nombreux miracles lui ont été attribués de son vivant comme après sa mort. Sa sainteté et sa sagesse n’ont jamais été mises en doute.