Saint Vincent Ferrier

Pourquoi fêtons-nous Saint Vincent Ferrier le 5 avril ?

Histoire de Saint Vincent Ferrier (1350 – 1419) : missionnaire dominicain

Missionnaire et prédicateur passionné, à une époque marquée par de profondes divisions au sein de l’Eglise catholique, Vincent parcourt l’Europe occidentale en prêchant sans relâche le message chrétien. Un parfum de légende entoure sa naissance. On raconte ainsi que son père aurait appris en rêve la renommée universelle promise à l’enfant pieux et charitable. Il entre dans l’ordre des Dominicains à l’âge de 18 ans, étudie la philosophie, la théologie, et obtient le titre de maître en théologie.

Refusant obstinément les honneurs auxquels l’Eglise le destine, il prêche à travers l’Espagne, la Suisse, la France, l’Italie et l’île Britanniques. On lui prête d’innombrables conversions de juifs dans sa mère patrie.

Contemporain de la papauté d’Avignon (1309 – 1378), qui voit sept papes successifs résider dans cette ville et révèle l’emprise croissante des rois de France dur Rome, Vincent reste loyal au pape d’Avignon Benoît XIII, tout en l’encourageant à mettre fin au schisme. Il vivra assez longtemps pour voir le film du grand schisme d’Occident avec l’élection à Rome de Martin V, en 1417. Mort en Bretagne en 1419, Vincent Ferrier est enterré dans la cathédrale de Vannes. Il est le patron des constructeurs en hommage à son bâtisseur de la foi catholique.

Fête : 5 avril
Etat : dominicain
Naissance : 1350 à Valence (Espagne)
Mort : 1419 à Vannes
Date de canonisation :avant 1588
Patronage : constructeur

Autre Saint Vincent